Edito - Mars 2008

Engagement et développement durable

par Caline JACONO, Présidente-fondatrice de PLANET-D

L'engagement a souvent supposé de croire en un idéal et de l'incarner dans des actions et des projets pour devenir une réalité vécue.

 

Mais la difficulté du développement durable, et sa faiblesse sans doute, est qu'il n'existe pas de consensus intellectuel sur sa forme. Il est un idéal en émergence qui repose sur les actions. Bref, avec le développement durable, l'engagement construit l'idéal et ne se construit pas d'après lui.

 

Notre responsabilité est donc double : faire des actions qui méritent d'être exemplaires, sans être parfaites, pour en faire des références servant de base à une définition. Le second aspect de notre responsabilité est de sortir des schémas d'engagements classiques maquillés sous une communication « développement durable » qui en renouvelle la forme, mais non véritablement l'esprit. Le développement durable n'est pas l'écologie, ni l'économie solidaire ou sociale. Il est une idée en soi d'équilibre entre environnement, enjeux sociaux et économie. Cette dernière doit, à ce titre, faire partie intégrante de cette réflexion, sans a priori négatif, et peut-être même avec l'arrière pensée qu'elle est le seul moyen de donner corps et résonance au développement durable.

 

En réfléchissant plus loin encore sur cette définition en devenir du développement durable, elle suppose qu'il ne soit pas seulement une idée, mais aussi une façon de regarder le monde, une méthodologie, une attitude face aux interrogations persistantes de nos sociétés modernes pour créer des actions pertinentes.

 

En ce sens le développement durable est à la fois l'esprit et la lettre d'une société que l'on souhaite plus équilibrée, à défaut d'être plus juste.

 

Alors chaque acte mené, chaque projet sur le terrain, sans parti pris, sans préjugés, sans cloisonnement entre logique ou acteurs est une avancée qui montre l'engagement pour le développement durable et en nourrit simultanément la compréhension. On peut décider de laisser ce travail de définition à d'autres, mais il ne faudra pas alors revendiquer une différence ou en critiquer la justesse.

 

Le développement durable nous donne cette formidable opportunité de redéfinir un mode et des modalités de vivre, mais cela exige de prendre ce risque formidable de proposer et non de s'opposer. Créer le développement, c'est s'engager pour et non contre.